Papercraft

Vous n’avez pas de kit papercraft ?
En voici uns à télécharger prêt à imprimer tête haute

« Tête haute » est ma première réalisation. Un drôle de personnage au style franchement cartoonesque et très cubique pour en faciliter le montage.

Je vous conseille une impression laser couleur.
Elles sont plus solides à la lumière dans le temps. Les UV du soleil ont vite fait de faire disparaître les couleurs des tirages jets d’encre.

Imprimer sur un papier fort pour que la sculpture tienne mieux et ne se déforme pas sous la pression de vos doigts. 150g minimum, 200g, c’est mieux.

Prévoyez un tirage en noir et blanc pour faire un essai. Si vous avez déjà un kit original, faites-en une photocopie noir et blanc.

L’équipement

  • un cutter à l’âme neuve,
  • de l’adhésif double-face,
  • une règle en métal,
  • un vieux calendrier pour protéger la table,
  • une réglette (extension de votre main)
  • et une bonne dose de patience

Vous êtes prêt pour assembler votre papercraft.

Attention, ces papercrafts nécessitent patience et dextérité. Je doute qu’un enfant aussi doué soit-il puisse y parvenir sans la présence d’un adulte.

Sachez que le montage d’un papercraft me prend en général 1h30 voir 2h suivant sa complexité. Donc envisagez maintenant l’idée que vous ne monterez peut-être pas votre personnage en une seule fois.

Pour vous motiver, sachez que de voir le personnage prendre forme dans vos mains a quelque chose de jubilatoire, d’excitant. Ouiiiii

  1. Si votre adhésif a une face protégée, vous pouvez encoller tous les onglets dès maintenant. Avantage : lors du découpage vous ôterez tous les débordements, surplus inutiles d’adhésif. Si votre adhésif n’a pas de face protégée, l’en collage se fera juste avant le montage final.
  2. Une fois les éléments découpés, les repères d’assemblage (les lettres en marge) partiront avec les chutes de papier à la poubelle. Notez les lettres-repères d’assemblage au dos des onglets avant le découpage.
  3. Le papier est constitué de fibres. Le pliage ne se fait pas forcément droit. Le marquage des plis est donc nécessaire pour obtenir des plis précis et faciliter le montage du volume. François Denis, grand spécialiste des papercrafts et de poissons rouges, préconise de marquer les plus avec un couteau à beurre pour ne pas couper le papier. Personnellement, j’utilise le dos non coupant du cutter bien incliner et sans appuyer trop fort guidé par la règle.
  4. Le découpage… On voit clairement où on commence mais la lame et son inclinaison cachent la fin de la découpe. Pour être précis et ne pas découper trop loin, découpez de l’intérieur d’un angle vers l’extérieur.
    Si un segment rejoint deux angles, commencez un angle et arrêtez vous au milieu du segment. Retournez la feuille puis redémarrez de l’autre angle pour rejoindre la première découpage. Cela peut paraître lourd et fastidieux mais évitera les déchirements aux angles trop découpés.
  5. toutes les parties sont découpées, pré-pliez les parties en suivant les pointillés (vallées ou collines).
  6. Ôter les protections de l’adhésif ou encoller au double-face, puis fixez l’onglet au bon endroit.
  7. Le volume prend forme et vous n’avez plus de place pour glisser vos doigts et pincer les parties à coller… Utiliser une baguette ou reflet plat comme extension de votre main pour faire appuis de l’intérieur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>