Flying-flexographie

Petit exercice de style : illustrer une compétition internationale de flying-disc ou « ultimate » pour impression en 2 couleurs sur des « freesbees ».

Les contraintes techniques, j’adooooore.

La flexographie est plus contraignante que la sérigraphie : pas de grandes surfaces. pas de trame fine. nuancier de couleur très limité.

Coté contenu, mes propositions allaient d’idées farfelues « barrées » à des choses plus raisonnables, plus politiquement correcte mais aussi plus fades.

Têtes-a-r. en couleur

Dessin à l’encre noire et pinceau, colorisation à l’aquarelle et crayon blanc sur papier recyclé.

Je n’utilise pas l’aquarelle de façon conventionnelle. Ma petite boîte de 12 couleurs tient dans ma poche. Le pinceau avec réserve d’eau intégrée… ça c’est une idée génial.  

Je dessine donc où je veux, nomade, mobile, comme les tête-à-roulette !

Vous allez rire

Voici un aperçu des préparatifs du décor d’André le Magnifique pour la compagnie même-pas-cap. Cette pièce est jouée depuis le 5 février 2010 au théâtre Beaulieu-sémaphore de Nantes.

Le théâtre, c’est plus fort que tout.
Effleuré pendant mes études d’arts plastiques, puis caressé du bout des lèvres avec la sonorisation de « la nuit de Valogne » d’E.E. Schmitt en 2000, aujourd’hui, j’embrasse le théâtre en contribuant aux généreux agissements de la troupe Même-pas-cap à l’égard de son public.

Olivier Collin et Pascal Maillard souhaitent un décor décalé façon fabrication-maison et orienté spectacle pour enfants. Ils ajoutent « …mais de belle facture tout de même ». Le décor doit être mobile et complètement pliable ».

Pascal et Olivier ajoutent qu’ils souhaitent un décor tout en hauteur. Cette idée est malheureusement peu compatible avec les contraintes de mobilité et de manipulation liées au lieu. Pour réponse, les modelés des feuillages des arbres s’asssombrissent vers le haut faisant  illusion d’une grandeur qui se perd dans l’obscurité du haut de la scène.

Coté mise en scène, Pascal Maillard profitera pleinement de cette mobilité des éléments. Les éléments du décor deviennent accessoires.

La pièce est drôle, tonique, enlevée. Beaucoup d’éclats de rire dans la salle.

La pièce est jouée jusqu’au 20 juin. Alors n’hésitez pas.