Et ton corps

Evelyne : Comment en es-tu venu à dessiner ces hommes forts ?

Moi : Les dessins carrés sont une discipline de travail de plusieurs années. Discipline enfermante !
Imaginer un personnage prisonnier de ce cadre carré est donc venu spontanément.

Espace restreint et corpulence ne l’empêchent pas de se mouvoir. Mieux, il en joue, il danse. Il mime quelques efforts infligés à cet espace. Mais au final, il habite pleinement ce cadre, se l’approprie.

Evelyne : Je suis surprise par ta conscience du corps humain et cette invention du mouvement.

Moi : Ce travail contient la conscience de ma propre matérialité. C’est aussi une invitation à prendre le contre pied de nos difficultés et de jouir de la vie avec enthousiasme.

Evelyne : Ce sont des ébauches… mais des ébauches de quoi ?

Moi : Pas de projet clairement défini. Mais ce personnage mérite de sortir du cadre =;))

A suivre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>